L’Ums, nouveau parti politique Sénégalais

giovedì 29 ottobre 42578 azioni

L’Ums, nouveau parti politique Sénégalais

Depuis quelques temps, nous constatons les dérives du leader de l’Ums sur des sujets divers.

Cela remonte au lendemain des élections présidentielles sur la sortie de M. mohamadou Boun Abdoulah DIONE relative à une éventuelle victoire de Benno bokk yakaar. « Personne, à part la Commission nationale de recensement des votes, n’a le droit de donner des résultats » commentait le juge Teliko.

De plus, Il a réagi et soutenu l’activiste Guy Marius Sagna lors de son arrestation et forfait d’avoir attaqué le palais présidentiel. Pourtant Sagna méritait bien la prison pour la faute commise. M. Teliko s’est, par ailleurs, prononcé dans le traitement judiciaire de l’affaire Khalifa Sall, ancien maire de Dakar, condamné pour prévarication de deniers publics. Il va plus loin en fustigeant une loi criminalisant le viol.
Alors que le magistrat est soumis à un droit de réserve selon l’article 9 de la Loi. Ces dérives faites publiquement sont en contradiction avec son statut de magistrat. Doit –on laisser passer ces manquements impunis ?

De tels comportements sont assimilables à ceux des politiciens qui, à chaque fois qu’ils ont l’occasion de mordre et de salir le président et ses alliés en font une arme pour corrompre l’opinion publique.
M. Teliko agit de même. Au lieu de s’occuper à œuvrer à l’union des magistrats, il se dévoie et entraine les autres dans son jeu de politisation de l’Ums.


Raccomandato